71

BOURGOGNE

Prisons départementales de la Saône-et-Loire



Département Images Ville Nom Adresse Période Capacité Histoire du lieu Nombre d'exécutions
Saône-et-Loire (71) Autun Maison d'arrêt et de correction, dite "Tour Bajole" Place Saint-Louis 1855-1934 Reliée au Palais de justice qui la jouxte, la prison d'Autun est un modèle unique de prison panoptique circulaire. Détail : les cours de promenade se trouvent... sur le toit du bâtiment ! Complètement désaffectée en 1956. Inscrite à l'inventaire des monuments historiques en 1975, désormais devenu musée ouvert au public. Aucune exécution
Saône-et-Loire (71)

Chalon-sur-Saône Maison d'arrêt, de justice et de correction 9, rue d'Autun 1844-1991 154 places, 20 surveillants (1962) Ouverte en octobre 1844 à l'arrière du palais de justice, siège de la cour d'assises. Désaffectée en septembre 1991, les prisonniers envoyés à la nouvelle prison de Varennes-le-Grand. Démolie à partir de septembre 2010 pour agrandir le palais de justice : seule la rotonde centrale demeure, intégrée aux nouveaux bâtiments du tribunal. Sept exécutions en 1935, 1943, 1948, 1951 et 1952
Saône-et-Loire (71) Charolles Maison d'arrêt et de correction Place de la Victoire/Rue de Verdun -1946 Aucune exécution
Saône-et-Loire (71)

Louhans Maison d'arrêt et de correction 2, rue des Bordes -1926 La prison de Louhans faisait face au Palais de Justice - devenu depuis mairie - et partageait ses murs avec la gendarmerie (sur la photo, l'entrée de la prison est la toute première porte sur la droite, la gendarmerie le grand portail qui suit). Après le départ des militaires, l'ex-caserne devint collège pour jeunes filles. La prison, elle, a été détruite pour construire un immeuble résidentiel.

NB : la prison aurait pu aussi se trouver plus haut sur la même avenue, au 39, actuel hôtel des impots. A vérifier !
Aucune exécution
Saône-et-Loire (71)

Mâcon Maison d'arrêt et de correction Rue Léonce Lex 1817-1991 50 places, 12 surveillants (1962) Voisine du TGI. Rachetée par la commune en 2009 pour 267.000 €, elle devrait être réhabilitée en cité judiciaire pour permettre un regroupement de services. Une démolition paraît probable dans le courant de l'année 2015. Aucune exécution